50 ans de clôtures de chantier Heras

Comment une invention néerlandaise de cloture de chantier a conquis l’Europe

1966-2016 : la clôture de chantier existe depuis 50 ans

En 1966, Heras est le premier fabricant au monde à lancer la production standardisée de clôtures grillagées pour un usage temporaire. Fin 2016, à l’occasion du 50e anniversaire de la clôture de chantier, Heras Mobile Fencing & Security dépasse le seuil magique du million de clôtures par an. Ce qui représente une clôture de 3.500 kilomètres, plus que l’autoroute qui relie Copenhague à Lisbonne (3.060 kilomètres).

Les clôtures de chantier de Heras sont une valeur sûre dans 24 pays. Même les organisateurs des Jeux olympiques de Rio de Janeiro viennent à Oirschot pour acheter 50 kilomètres de clôtures temporaires. Hans Welting, directeur général de Heras Mobile Fencing & Security s’exprime à propos de la conquête de l’Europe de cette invention 100% néerlandaise : « Nos groupes cibles, le secteur de la construction et l’événementiel, font le choix d’une entreprise stable, qui propose de bonnes clôtures et une logistique fiable. »

Responsabilité

Malgré leur 50 ans, les clôtures mobiles demeurent étonnamment jeunes. Jusque dans les années 60, on utilisait couramment des palissades en bois ou du fil barbelé. Aux Pays-Bas, la responsabilité légale pour les accidents sur chantier incombe au constructeur ou à l’entrepreneur. Le fondateur de Heras, Frans Ruigrok, décide en 1966 de se lancer directement dans la production en série de clôtures temporaires pour la sécurisation des chantiers.

Treillis

Hans Welting, associé à Heras depuis 1979 : « Le remplissage de la clôture était en treillis. Un tube au milieu lui conférait un renfort supplémentaire. Les premiers cadres faisaient 2 mètres de long et 3,5 mètres de large ; un format encore maniable pour le montage. Des dimensions choisies assez intuitivement et qui sont devenues la norme partout en Europe. »

Synonyme de clôture

À propos du marketing dans les années 60 : « La nouvelle offre allait créer d’elle-même la demande, selon le raisonnement de Ruigrok. » Dès le début, il fait apposer un panonceau Heras sur les clôtures de chantier. Avec succès, car les clôtures se vendent comme des petits pains. Fin des années 70, la millionième clôture quittait la ligne de production. Heras devenait synonyme de clôture. En France et en Belgique, le mot « clôture de chantier » n’existait pas encore. On commandait donc « une Heras ».

50 ans en quelques dates

  • 1966 : Heras est la première société au monde à standardiser la production de clôtures provisoires.
  • 1989 : la première clôture de chantier telle que nous la connaissons aujourd’hui ; avec un remplissage en treillis soudé pour plus de rigidité et de fiabilité.
  • 1999 : la clôture Heras M500 Anti Climb devient le nouveau standard mondial. Durée de vie et sécurité : son maillage fin avec les tiges qui se chevauchent rend la clôture impossible à escalader.
  • 2002 : les clôtures de chantier Anti Climb avec des pieds en plastique et un dispositif de serrage haute sécurité.
  • 2007 (Pays-Bas) et 2009 (Belgique) : introduction d’un concept global pour la sécurisation mécanique et électronique sans fil des chantiers.
  • 2009 : détection d’intrusion et d’incendie temporaire sans fil pour les baraques de chantier et la phase de second œuvre.
  • 2012 : premier fabricant et fournisseur avec le label CE sur toutes ses clôtures. Certificat CO2 niveau 3.
  • 2014 : la gamme de contrôles d’accès temporaires s’élargit : portails coulissants mobiles, portails pivotants, barrières levantes et tourniquets mobiles.
  • 2016 : nos propres usines en Belgique, en France et en République tchèque produisent 1 million de clôtures de chantier par an. Même les organisateurs des Jeux olympiques de Rio de Janeiro viennent à Oirschot pour acheter 50 km de clôtures temporaires.